Intervention de Jean-Loup Berko sur la vidéosurveillance

Publié le par Avignon 2014

berko.jpgSi mes comptes sont bons, avec un projet d’installation de 50 ou 60 caméras supplémentaires, nous devrions avec les 68 caméras existantes atteindre un nombre de 128 caméras sur notre ville.

 

Rapporté à la population avignonnaise, cela fait une caméra pour 724 ou 660 habitants selon que vous installerez 50 ou 60 caméras supplémentaires.

Avec en moyenne une caméra pour environ 698 habitants, nous sommes loin, très loin, de Londres, la ville la plus surveillée du monde avec 1 caméra pour 14 habitants.

Et vous connaissez la performance de ces caméras anglaises pour l’élucidation des crimes et délits de voie publique à Londres? 3%.

 

3 petits pourcents rapportés au gouffre financer de l’investissement et du fonctionnement. La performance est si pitoyable et le coût si faramineux que les caméras sont depuis un an progressivement mises au rencart avec l’accord de la mairie et la bénédiction de Scotland Yard.

 

Et le fonctionnement, car ce que vous ne dites pas, bien sûr, dans cette délibération consacrée à l’investissement, c’est ce que coûte ce dispositif en fonctionnement, au quotidien.

Le coût annuel moyen de surveillance pour 20 caméras est de 140.000 €. Si je prends ma calculette, cela fait un coût annuel moyen de 868.000 € pour 124 caméras.

 

Tout cela pour d’hypothétiques résultats. Cette technique est, en effet, si efficace qu’il arrive que l’on confonde de braves pompiers sportifs et catalans avec des terroristes basques...

En matière de résultat, avouez qu’on peut faire mieux!

 

Je ne vous parlerai pas de tout ce qui aurait pu être fait en matière de prévention sociale avec 4.567.500 €.

Je ne vous parlerai de tout ce qui aurait pu être fait en matière de recrutement de policiers municipaux avec 4.567.000 €.

 

Comme vous, mes chers collègues, j’ai appris qu’avant de généraliser une expérimentation – disons que c’était le cas pour nos 64 premières caméras -, il convenait de l’évaluer, d’en apprécier les limites et de porter ce bilan à l’attention à la fois d’experts et des citoyens. C’est ce que je demande lors de toutes mes interventions consacrées à ce sujet: une EVALUATION.

 

Une évaluation quantitative d’abord sur le nombre de crimes et délits constatés, qualitative ensuite notamment dans la relation à la police nationale et sur les effets de ces caméras dans le travail de notre police municipale. Ces éléments d’appréciation, vous en disposez, puisqu’Avignon a été choisie par le Ministère de l’Intérieur comme ville pilote pour une étude menée en 2007. Cette étude, nous vous l’avions demandée, vous nous aviez promis de nous la transmettre. Nous l’attendons toujours…

Vous nous aviez aussi promis de constituer un groupe mixte opposition/majorité pour décider de l’implantation des caméras. Ce groupe, nous l‘attendons toujours…

 

Dans cette délibération, une fois de plus, vous parlez du coût exorbitant des tuyaux mais vous ne nous dites pas en préambule et très concrètement à quoi tout cela peut servir.

C’est pourquoi, avec mes amis de l’opposition, nous voterons contre cette délibération.

 

Jean-Loup Berko
Elu radical-citoyen

Image: Mairie d'Avignon

Publié dans Jean-Loup BERKO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article